Hollywood et les sentiers (beaucoup trop) battus

Voici un éditorial fort intéressant sur deux films hollywoodiens nécessitant une réflexion approfondie sur le rôle du cinéma populaire américain dans la réécriture de l’histoire, à savoir Argo (Affleck, 2012) et Zero Dark Thirty (Bigelow, 2012). À lire si vous désirez voir comment les théories discutées en classe peuvent permettre de penser la culture filmique contemporaine.

Cette semaine dans la blogosphère: polémiquons!

Le principal commentaire qui me vient à l’esprit à l’issue de ma lecture des billets de cette semaine: un certain nombre d’entre vous s’est amusé à lancer des questionnements et à susciter la discussion — voire même la polémique. Cela me plaît immensément! Je vais donc revenir ici sur quelques-uns des billets qui mettent en relief des questionnements susceptibles de donner lieu à des débats. N’hésitez surtout pas à sauter dans la mêlée en allant commenter les billets en question!

Tout d’abord, simondesc revient sur les événements du printemps dernier pour s’interroger sur le rôle joué par les médias sociaux — particulièrement Facebook — dans la diffusion d’une information plus équilibrée. En effet, alors que plusieurs journaux et médias d’information à large distribution martelaient l’argument creux et redondant de la "juste part", disséminé par la ministre de l’Éducation (et du loisir et du sport) de l’époque, les médias alternatifs proposaient de véritables réflexions sur la dimension factice de cet argument. Bref, un billet qui pose des questions fort pertinentes dans le cadre de notre cours, et qui appelle certaines discussions.

Ensuite, le blogue Com|masse propose un billet tout à fait d’actualité au sujet du premier épisode de la deuxième saison de 19-2, diffusé cette semaine. Cet épisode a fait les manchettes avant même sa diffusion, pour des raisons évidentes, et que ce billet de blogue explore. Il en ressort des questionnements qui méritent, selon moi, une certaine attention. Dans un billet qui aborde une problématique fort différente, mais tout aussi actuelle, jmrudent questionne les possibles bienfaits du piratage d’œuvres d’art (filmiques, dans le cas de ce billet). Je trouve que les questionnements que soulève ce billet sont tout à fait justes, et fort à propos pour notre cours qui, après tout, se centre sur l’industrie culturelle. Cette industrie fait preuve d’un immobilisme tout à fait extraordinaire face aux potentiels du numérique.

Finalement, deux billets m’ont plu par leurs réflexions à saveur générationnelles. Tout d’abord, deginetdetonic se demande si notre rapport aux objets technologiques ne tend pas un peu vers une dépendance malsaine. Son billet en vient à questionner les parents issus de la génération X, qui tendent à mettre un iPad dans les mains de leurs enfants pour avoir la paix — un questionnement qui appelle toute une polémique selon moi. Et finalement, dans la même veine, communic’arth questionne la capacité des jeunes issus de la génération Y (autrement connue sous le nom de Net-Gen) à entretenir un rapport plus profond avec la culture. Ce questionnement, fort pertinent, tient de ce que cette génération serait trop marquée par une logique "hypertextuelle" pour pouvoir se consacrer à la lecture approfondie d’une seule source — savante de surcroît. Ces deux billets appellent des polémiques qui me paraissent fascinantes, sans doute dû que mon année de naissance (1976) correspond pour plusieurs au passage de la génération X à la génération Net (Y). Je suis dans un flou identitaire générationnel!

Cette semaine dans la blogosphère: un début en force!

La lecture des premiers billets de blogue d’un nouveau groupe d’étudiants demeure un moment que je trouve agréablement fascinant, et ce, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, parce que j’apprends à connaître vos intérêts en lien avec le cours; ensuite, parce que j’apprends à vous connaître en tant que blogueurs, à travers un lien beaucoup moins direct qu’en classe; et finalement, parce que je lis régulièrement des réflexions qui apportent des contributions enrichissantes aux discussions ayant eu lieu en classe. En ce début de session, ma lecture de vos blogues s’est révélée particulièrement agréable. En fait, considérant la quantité de petites perles que j’ai eu le plaisir de lire, je tiens à vous dire que c’est un des plus beaux débuts de session que j’ai eus en tant que professeur-blogueur (et pour ceux qui pensent que je dis ça chaque session, n’hésitez pas à parcourir mes entrées antérieures… Vous verrez que c’est faux).

Afin d’apprendre à vous connaître mutuellement, je vous invite bien entendu à lire les blogues de vos pairs. La section "blogues de mes étudiants actuels" a été mise à jour avec vos adresses. Entretemps, voici un tour d’horizon rapide (et fort restreint) de ce qui s’est dit cette semaine.

Certains d’entre vous se sont immédiatement lancés dans des réflexions sur divers discours médiatiques, ce que je trouve franchement intéressant à ce stade de la session, puisque ces billets annoncent souvent des discussions qui auront lieu dans des cours à venir. C’est le cas de jmrudent qui, à travers l’analyse de THX 1138 de George Lucas, présente une description sommaire des sociétés disciplinaires, notion qui nous occupera durant la deuxième moitié de la session. Dans la même veine, richardrabillon offre une analyse de Fight Club, de David Fincher, qui met la table pour les cours à venir, durant lesquels nous allons discuter de la société de consommation. Dans un billet fort original, thomquebec présente pour sa part la notion des discours "transmédia" — un ajout intéressant aux discussions que nous avons eu en classe au sujet de l’accessibilité des discours artistiques et culturels. Je vous invite également à lire axellesourisse, qui questionne notre rapport aux réseaux sociaux.

Il n’est pas rare, en début de session, que le cours sur la reproductibilité de l’œuvre d’art occupe une place importante dans la blogosphère. Chaque session, je lis des interprétations à la fois fascinantes et originales des idées dégagées par Walter Benjamin. Dans cette veine, je vous invite à lire le blogue hebdomedia, qui propose une belle lecture de la notion de l’art telle qu’elle s’applique aux graffitis et au "street art". Le blogue mediaburning s’aventure également dans une lecture contemporaine du texte de Benjamin et de ses enjeux, cette fois en se centrant sur la numérisation des œuvres. Richard Lupien, pour sa part, tient un discours à la fois très intéressant et fort bien développé sur la notion de l’aura. Simondesc et khoolz se penchent sur différents aspects liés à la reproduction des œuvres. Et, finalement, deginetdetonic offre un questionnement approfondi et fort bien articulé sur certains enjeux contemporains qui ressortent du fameux texte de Benjamin.

D’ailleurs, je désire attirer votre attention sur l’introduction de ce dernier blogue, que j’ai trouvée à la fois captivante, pittoresque, et tout à fait à propos dans le cadre de ce cours. En y lisant "Il y a mes collègues de classes – je m’y inclus aussi – qui envoient des messages texte pendant les cours", je n’ai pu m’empêcher de sourire en repensant à l’image ci-bas, qui a circulé récemment sur Facebook, et qui fait un point intéressant sur la perspective de l’enseignant qui — même si on ne s’en rend pas compte — voit tout (*)…

Sur ce petit clin d’œil, je vous souhaite une excellente semaine et vous encourage à continuer dans cette voie. La session s’annonce enrichissante!

il_fullxfull.377596421_858g

(*) D’ailleurs, cette lecture m’a aussi fait réaliser que je n’ai pas présenté ma propre vision quant à l’usage des technologies de la communication en classe. Si certains de mes collègues choisissent de bannir les appareils/ordinateurs portables de leurs salles de classe, une décision que j’ai souvent contemplée, je suis d’avis que l’étudiant est le principal maître de son apprentissage et de sa réussite. Ultimement, bien qu’il ne coûte rien de texter ou de skyper, le faire dans une salle de classe universitaire m’apparaît néanmoins un choix passablement dispendieux. Tout d’abord parce que vous payez pour votre présence en classe, et ensuite parce que, par une expérience éprouvée, je peux garantir que cette pratique tend à se répercuter sur les notes…

je suis inquiet…

J’interromps ma rédaction de thèse qui file à toute allure pour partager cette nouvelle de dernière heure: JE SUIS INQUIET…

Je suis inquiet de voir des sondages montrer une profonde division sur les enjeux derrière la hausse des frais de scolarité – enjeux qui, on le sait, ont tôt fait d’éclipser la hausse elle-même. Ces sondages m’inquiètent parce que malgré toute l’impartialité que je tente de donner dans la direction de mes lectures, rigueur académique oblige, je n’ai trouvé encore aucune argumentation digne de ce nom qui promeut la hausse. Je me dis donc que les arguments creux du genre "la juste part", "la sangria et les voyages" et "on est dans la m*rde" réussissent à convaincre un peu plus de la moitié de la population. C’est grave! Faudrait vraiment penser à enseigner la littératie médiatique au primaire et au secondaire, et ÇA PRESSE! (1)

Je suis inquiet par l’obstination d’un gouvernement à ignorer un pan considérable de la population, ce qui m’amène à voir un fond idéologique évident dans la hausse décrétée. En effet, considérant l’ensemble des arguments anti-hausse démontrant entre autres la possibilité de revoir la structure de gestion des universités québécoises, je constate que l’entêtement du gouvernement n’a absolument rien à voir avec le désir proclamé de voir nos universités se hisser parmi les meilleures sur le paysage international. Surtout, je constate qu’il est grand temps que nous soyons dirigés par des gouvernements qui ne sont pas constitués par une majorité de baby-boomers, génération qui ne représente plus la majorité de la population (2) et qui semble beaucoup moins préoccupée par l’avenir de nos universités que par celui de leurs régimes de retraites (qui, soit dit en passant, seront maintenues entre autres par les impôts payés majoritairement par des finissants universitaires). Quand les libéraux se sont fait élire en 2003, en plus de la promesse opportuniste de défaire les fusions proclamées par leurs prédécesseurs, ils ont crié sur toutes les tribunes que leur priorité était la santé. Avez-vous vu une amélioration dans votre temps d’attente à l’urgence? Moi, non. Et quand Pauline Marois se fait taxer d’opportunisme politique en promettant de revoir la hausse à la baisse – et surtout, de repenser l’université elle-même – j’ai tendance à trouver ça pas mal plus constructif que de défaire des fusions dont le gros bon sens était plutôt criant…

Finalement, et c’est l’élément déclencheur du présent billet: je suis inquiet par la juridiciarisation du débat. Je suis encore plus inquiet par les victoires et semi-victoires des demandeurs s’opposant aux grèves DÉMOCRATIQUEMENT ADOPTÉES. Comme je le disais plus tôt sur ma page Facebook, je suis sur le point de demander moi aussi deux injonctions. Puisque je n’ai voté ni pour les conservateurs fédéraux, ni pour les libéraux provinciaux, et même si ils l’ont emporté par une majorité (parfois discutable), je me sens individuellement brimé par ces choix collectifs (3). Tout comme certains étudiants se sentent brimés par la grève. Il semblerait que notre contexte numérique et atomisé actuel nous fait oublier que notre société fonctionne par le biais de décisions prises par une majorité d’individus. Si certains étudiants jugent inacceptable de patienter pendant que la majorité tente de faire avancer les choses pour le bien commun, je vois mal pourquoi je patienterais tranquillement quatre autres années pendant que des gouvernements de droite massacrent la conception que je me fais de mon pays, peu importe que ce pays soit le Canada ou le Québec. (j’aimerais ajouter ici que les discours pro-hausse, qui commencent toujours par "on n’est pas individualistes, mais", ne m’ont jamais démontré autre chose que l’individualisme le plus criant. Je me trompe peut-être, mais ma perception se fonde néanmoins sur une volonté d’impartialité guidant une quantité importante de lectures)

Par ailleurs, tant que la mobilisation étudiante se poursuivra, mon inquiétude sera en partie apaisée…

Mais si on (excluant la personne qui écrit!) réélit ce gouvernement corrompu et complètement déconnecté de la population qu’il représente, mon inquiétude deviendra très certainement une angoisse généralisée!

AJOUT: Je viens d’apprendre l’existence d’une pétition réclamant un moratoire sur la hausse et la tenue d’états généraux sur l’éducation supérieure. J’invite tous ceux qui se sentent interpelés par les enjeux touchant l’avenir de l’université à signer cette pétition sur le site de l’Assemblée nationale!

*******************

(1) Une quantité phénoménale d’articles a été écrite pour dénoncer de façon constructive la hausse et ses enjeux. Vous pouvez en lire un très bref échantillon ici, ici, ici, ici et ici.

(2) Même si cela pourrait en surprendre plus d’un, la génération NET (aussi connue sous le nom de génération Y) compose une proportion plus importante de la population que les boomers. Déjà en 1997, cette situation était décrite par Don Tapscott (Growing Up Digital: The Rise of the Net Generation).

(3) Rappelons que les conservateurs de Stephen Harper se sont fait élire par 39% de la population, soit un peu plus du tiers. Ceci signifie que la majorité, elle, s’oppose à ce gouvernement!

Littératie: n.f. (néologisme): l’aptitude à comprendre et à utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d'étendre ses connaissances et ses capacités. (Source: OCDE)

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 462 autres abonnés