Méthodologie et journalisme

S’il y a une journaliste de La Presse qui ne cessera jamais de me fasciner par ses enquêtes originales et fortement authentiques, c’est bien Michèle Ouimet: elle qui a déjà passé une semaine dans un taudis de la rue Ontario pour décrire la vie indescriptible des prostituées et des junkies; elle qui s’est rendue de nombreuses fois au moyen-orient pour mieux nous rapporter l’existence de la femme au Pakistan et en Afghanistan, notamment; elle qui, cette semaine, s’est promenée pendant deux jours en niqab dans divers endroits publics de Montréal, et qui nous rapporte le fruit de ses découvertes dans La Presse d’aujourd’hui (version cyberpresse.ca ici).

Ce billet ne vise aucunement à prendre position dans tout ce débat des « accommodements raisonnables », ravivé cette semaine par l’expulsion d’une étudiante égyptienne d’un cours de francisation pour immigrants donné au cegep St-Laurent. Je m’abstiens de prendre position, trop incommodé par les nombreux problèmes éthiques suscités par les deux côtés de ce débat… Ce sera pour une autre fois…

Non, ce billet s’adresse à mes étudiants de méthodologie de la recherche, qui doivent périodiquement réfléchir à la qualité et aux sources de l’information qui nous parvient. Après avoir lu l’article de Ouimet, j’aimerais que vous réfléchissiez à la validité de l’information rapportée; pensez aux qualités de cette information, ainsi qu’à ses lacunes, car nous allons en reparler en classe très bientôt. Entretemps, ne vous gênez surtout pas pour commenter le tout!

Publicités

A propos The Prof

Un professeur de communication et de cinéma qui s'initie au merveilleux monde du blogue pédagogique dans le cadre de plusieurs de ses cours.
Cet article a été publié dans Actualité médiatique, Compétences informationnelles, Culture générale, Presse écrite, recherche et méthodologie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Méthodologie et journalisme

  1. lionnel dit :

    C’est un regard différent et assez intéressant sur le « phénomène », mais ce n’est qu’une expérience par une personne, par rapport a ses perceptions.

    Je serais curieux de voir une anthropologue ou une psychologue faire la même chose, ce qu’elles verraient de plus.

  2. Dimitrilium dit :

    C’est certain qu’une personne peut voir les choses d’une manière différente d’une autre.

    Cependant, il ne faut pas oublier que toutes les formes de recherches ont leurs faiblesses. Si les expérimentations peuvent avoir des résultats variables selon la perception de la personne, un questionnaire peut altérer les réponses par sa structure, car la personne qui le conçois ne perçoit pas les choses comme les répondants.

    Il faut toujours prendre les recherches, même les plus intéressantes et professionnelles, pour ce qu’elles sont, des recherches.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s