Sur la nuance et l'uqamophobie

Décidément la nuance – et son absence – sont récurrentes cette semaine! En début de semaine, j’ai partagé sur ce blogue une petite montée de lait liée aux réactions disproportionnées causées par la vidéo de femmes voilées à l’aéroport Trudeau. Je renchéris aujourd’hui en traitant d’une autre vidéo, sur un sujet fort différent, qui circule sur YouTube et Facebook depuis quelques semaines. Encore une fois, il semble que les montages vidéo génèrent un certain manque de nuance…

La vidéo en question est un Vox Pop de Guy Nantel, présenté dans le cadre d’un gala JUSTE POUR RIRE, dans lequel on voit des étudiants de l’UQAM et du Cégep du Vieux-Montréal répondre de façon lamentable à des questions faisant appel à des connaissances générales que tout le monde devrait posséder, surtout dans les cercles académiques post-secondaires (la vidéo se trouve au bas de ce billet). En lisant les réactions d’internautes tant sur Facebook que sur YouTube, je me sens contraint de proposer certaines pistes de lectures NÉCESSAIRES à cette vidéo, nuance et littératie médiatique obligent:

  1. Cette vidéo a une visée très particulière, soit celle de FAIRE RIRE. Conséquemment, il est évident que le montage et le choix du métrage ont été effectués dans ce but. En supposant que ce cher M. Nantel n’a retenu que 5 % des entrevues effectuées, je n’ai sûrement pas besoin de rappeler que les étudiants choisis pour le montage final sont ceux qui paraissent le plus ridicule, le tout afin de FAIRE RIRE;
  2. Conséquemment, il serait plutôt généralisant de croire que TOUS les étudiants du Cégep du Vieux-Montréal et de l’UQAM ont des connaissances aussi limitées. L’UQAM est reconnue comme une des universités les mieux réputées dans les domaines des communications et des sciences humaines; j’en profite pour ajouter (ça vaudra ce que ça vaudra) que l’UQAM est responsable en majeure partie du développement intellectuel, académique et littéraire de l’humble professeur que je suis, puisque j’y ai effectué mon baccalauréat, ma maîtrise et une attestation de deuxième cycle en pédagogie. Prétendre que cette vidéo représente la qualité intellectuelle de la population étudiante uqamienne relève de l’extrapolation et de la généralisation grave;
  3. Parmi les commentaires aperçus sur YouTube et Facebook, j’ai vu beaucoup d’indignation et de désolation de la part d’étudiants d’autres universités, ainsi que de la population générale. J’ai lu des commentaires, parfois remplis de fautes, qui criaient haut et fort un découragement sévère devant tant d’ignorance. J’enseigne dans une autre université et tout ce que je peux dire ici, c’est que la population universitaire québécoise est riche de jeunes gens dynamiques et désireux d’apprendre, et à qui j’ai l’honneur inestimable d’enseigner; cependant, on peut trouver une infime minorité de gens non renseignés dans n’importe quelle université. Conséquemment, j’insiste sur le fait que Guy Nantel aurait pu choisir n’importe quelle université pour recueillir ses témoignages. J’invite donc les lecteurs de ce blogue à la prudence et à la nuance dans les jugements apportés suite au visionnement de cette vidéo. J’en profite pour souligner au passage certaines innovations provenant d’étudiants en communications à l’UQAM, et sur lesquels j’ai écrit des billets par le passé (ici et ici);
  4. Finalement, étant donnée cette infime minorité de gens fort peu renseignés qui peuplent les Cégeps et universités du Québec (et du monde), je questionne fort sérieusement la nature de l’humour de Guy Nantel, qui nous invite au bout du compte à rire de l’ignorance de gens. Je pousserais même la réflexion plus loin, au risque de manquer moi-même de nuance: pendant que les gens se foutent de la gueule d’autres gens en regardant cet humoriste, ils ne sont pas en train d’écouter des émissions au contenu beaucoup plus enrichissant et éducatif. Finalement, avec son humour que je juge douteux, Nantel ne fait pas grand chose pour améliorer le niveau d’ignorance au sein de la population…

Ultimement, il importe de noter que je suis loin de trouver impressionnant ce que j’ai vu dans cette vidéo. Par contre, je ne suis pas beaucoup plus impressionné par les réactions généralisantes et non nuancées que j’ai lues sur divers médias sociaux depuis quelques jours. Décidément, au risque de répéter mes pensées de mardi dernier, le montage reste un outil résolument efficace pour manipuler les opinions, puisqu’on semble facilement oublier son caractère NARRATIF, ESTHÉTIQUE, et IDÉOLOGIQUE. Quand on raconte quelque chose avec des images, on choisit bien entendu les images qui permettent de mieux servir notre but. Et une littératie médiatique de niveau universitaire doit absolument mener à questionner ce qu’on voit…

Publicités

A propos The Prof

Un professeur de communication et de cinéma qui s'initie au merveilleux monde du blogue pédagogique dans le cadre de plusieurs de ses cours.
Cet article a été publié dans Culture générale, Internet, Littératie médiatique, Médias sociaux. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Sur la nuance et l'uqamophobie

  1. Rémy Fortier dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec ce que vous argumentez. Par contre, Guy Nantel utilise une approche très intéressante pour souligner un problème qui touche toutes nos écoles, celui du manque de culture qui touche grand nombre d’élèves. Quand je vois ce genre de vidéo, je porte réflexion sur ma propre culture générale. Si ce genre de vidéo peut également faire porter réflexion sur d’autres élèves comme moi, alors le message de détresse que Guy Nantel veut porter atteint bien sa cible. Qui sait, peut-être que certaines personnes s’ouvriront davantages à la culture générale dans le futur grâce à ce vidéo.

    Le problème est bien présent. Quand tu étudies en comptabilité et que tu ne sais pas la moitié d’un milliard, c’est que tu as un problème de culture générale.

    N’accusez pas Guy Nantel, il n’est que le messager.

  2. The Prof dit :

    « Qui sait, peut-être que certaines personnes s’ouvriront davantage à la culture générale dans le futur grâce à ce vidéo.  »

    Voilà un excellent bémol à une de mes diatribes. Merci pour ce commentaire bien dosé, M. Fortier! Il y a effectivement un problème de culture générale au Québec, je suis le premier à l’admettre et à m’en désoler. Mais il est vraiment loin de se limiter à l’UQAM…

  3. Julien dit :

    Bien beau billet !

    Il y a quelques temps, ces vidéos étaient à la mode. Je me souviens de la première vidéo du genre (http://www.koreus.com/video/americains-stupides.html) où des question simples sont posées aux Américains et les réponses sont édifiantes. Puis la vague s’est propagé un peu partout dans le monde et finalement, tous les pays se sont retrouvés avec des vidéos « AMERICAN ARE STUPID », « GERMAN ARE STUPID », « FRENCH PEOPLE ARE STUPID »…

    Puis, j’ai trouvé ça assez étrange et j’ai essayé de creuser un peu plus le sujet et je suis tombé sur un billet très très bien écrit. Il a été réalisé pour permettre de mieux comprendre pourquoi les gens sont amenés à mal répondre à des questions simples.

    Le billet s’appelle : Petit cours de manipulation. Titre très bien choisi.
    Si vous voulez en savoir plus : http://plombe.over-blog.com/article-24222182.html

    Après avoir lu ce billet, j’ai bien mieux compris les réponses.

    On a le droit de se tromper et on a toute la vie pour apprendre =)

  4. Ping : Quand la communication communique

  5. Marie-Christine Breault dit :

    Bonjour,

    D’accord, le vidéo de Nantel a pour but de faire rire. Le problème c’est que dernièrement des journalistes ont posé des questions aux étudiants qui entraient au cégep en 2010 (ceux de la réforme) et ils ont enregistré les réponses`(je n’ai malheureusement pas trouvé d’extraits sur youtube mais j’ai vu le reportage au journal télévisé). Aucun d’entre eux ne savaient qui avaient découvert l’Amérique. Peut-être que c’est encore de la manipulation mais je ne suis pas convaincue.

    Cette année j’ai 120 étudiants dans mon cours et, la semaine passée, j’ai dû expliquer qui était Baudelaire parce que la moitié de la classe ne savait pas de qui je parlais (ce n’est pas une minorité). À la pause, une étudiante est venue me voir parce qu’elle ne comprenait pas que j’évoque le 19e siècle en citant des dates qui débutent par 18….Je suis un peu découragée, ils sont à l’université. J’ai l’impression qu’au Québec on valorise la non-culture. Dès que quelqu’un possède un minimum de connaissance, on le traite de snob. Dans le reportage, une jeune fille était incapable de dire en quelle année avait débuté la première guerre mondiale. Elle trouvait ça très drôle et elle a fini par dire: je ne suis pas cultivée en se tordant de rire. Moi, je ne trouve pas ça très rigolo. À 18 ans, tu devrais connaître au moins quelques dates importantes.

    Je n’en veux pas aux étudiants mais plutôt au système scolaire. Il est temps de revenir aux matières fondamentales (français, histoire, géographie, math et sciences)et de faire un horaire d’études convenable aux enfants et aux adolescents du genre 8:30 à 17:00 plutôt que 8:45 à 2:45 (enlève l’heure de dîner et les récréations, l’enfant québécois ne passe pas beaucoup d’heures en classe). Au primaire, j’étais dans le système français et 8:30 à 17:00 ça ne m’a pas tué. Il faut aussi mieux former les profs du primaire et du secondaire. Je suis désolée mais plusieurs de ces profs ne connaissent pas la matière qu’ils enseignent. Ma nièce de 11 ans a été obligée de dire à son prof que le Vatican était un état alors que le prof affirmait à toute sa classe qu’il s’agissait d’un quartier de Rome…Un de mes voisins à une fille de 9 ans et la prof de sa fille ne sait pas qu’Haiti n’est pas un état africain. Je suis scandalisée. Comment cela est-il possible que des crétins obtiennent des postes dans les écoles. Il ne faut pas s’étonner du faible niveau des étudiants. Tout ça pour dire que j’ai l’impression qu’il y a tout de même de très graves lacunes au niveau des connaissances générales au Québec. Selon moi, il faut s’ouvrir les yeux et remettre l’ensemble du système en question. Une majorité d’étudiants n’ont pas les connaissances nécessaires afin d’entreprendre des études universitaires.

  6. The Prof dit :

    Merci pour cette excellente réplique pleine de nuance, Marie-Christine!

    Les exemples que tu fournis me désolent… Et je suis entièrement en accord avec tes constats sur la piètre qualité de notre système scolaire, sans parler des profs qui obtiennet leur bac en éducation malgré une incapacité à manier la langue française. En fait, mon billet visait avant tout à contredire le genre d’argument qui dit « wow, ils sont poches à l’UQAM, une chance qu’on étudie ailleurs… », car le problème est tellement plus généralisé comme tu les souligne si bien. Je crois que la pérennité de notre culture passe par l’héritage que l’éducation laisse aux jeunes générations, et cet héritage est plutôt pauvre en ce moment… Et ton commentaire articule cela beaucoup mieux que mon billet! Merci encore!

  7. Ping : La motivation a bien meilleur goût « critique et littératie médiatique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s